Musique

small_line

Peregrina raconte l’histoire de ma quête à la recherche de la liberté, de la Joie et du bonheur de vivre. Parcourez avec moi le voyage que j'ai traversé pour trouver un sens à ma vie et à mon existence sur cette terre, le parcours évolutif d'ouverture de la conscience et les cadeaux sur la route. Mais plus que tout, que mon histoire vous renvoie à la vôtre!

Que ma musique, mes images et mes mots vous
permettent cette traversée au cœur de vous-mêmes !

Peregrina, c'est 17 compositions au piano, accompagnées de photos prises dans mes différents voyages au Pérou, Tibet, Égypte, Costa Rica, Europe, États-Unis, Québec….et de textes inspirants disponibles en 3 langues, français, anglais et espagnol.

Peregrina…Un baume pour l’âme, un voyage inspirant aux décors planétaires !

Le droit de composer

J’ai commencé à composer sur le tard, vers l’âge de 35 ans. Des études musicales classiques à la Faculté de musique de l'université Laval à Québec, avec mon très cher maître M. Robert Weisz, me préparaient pour une carrière de soliste et non de compositeur. Loin de moi l’idée que je puisse avoir une quelconque fibre créatrice. Interprète, oui bien sûr, et très bonne même, je dois bien le reconnaître. Mais oser créer, moi ! À tant jouer les grands maîtres, Bach, Mozart ou Debussy, qu’étais-je, simple interprète, pour avoir l’audace de composer?

Pendant la dernière année de mes études pianistiques, j’ai réalisé que finalement, la carrière de concertiste ne m’emballait pas vraiment. Passer ma vie à pratiquer pour des concerts, supporter la pression des tournées et subir le stress des critiques impitoyables, sacrifier une possible vie familiale pour une carrière…
Non !

Je pris donc la direction de l’enseignement de la musique dans les écoles. Épuisée par tant d’années de pratique instrumentale pour espérer arriver à la perfection, ce que finalement on n’atteint jamais, j’ai fermé mon piano et rangé mes partitions. La musique pour moi se résumerait dorénavant à l’enseigner et à ouvrir les jeunes à ce merveilleux univers des sons et des émotions. Ce furent de très belles années. Je savais faire vibrer les enfants, ils étaient heureux de faire de la musique et cela me comblait.

Puis un jour, une pneumonie très sérieuse me fit demeurer à la maison pour un certain temps. C’est à ce moment que le piano muet depuis tant d’années m’appela… Je sortis une Partita de Bach du grand coffre de bois et commençai quelques notes… Mais rapidement, je refermai le cahier, je n’en avais pas envie ! Pas envie de rejouer pour la nième fois du déjà connu, du déjà entendu.

musique1

musique_cd

Écoutez les extraits vidéos
small_line_center

extrait1MiAmor extrait2Souvenir extrait3Peregrina
extrait4Errance extrait5Effervescence extrait6Intro
extrait7L'envol    

commandez_cd_dvd

Sans réfléchir, je laissai mes doigts courir sur le clavier… Une mélodie agréable se fit entendre. Étonnée, j’essayai de la reproduire. Puis pour ne pas l’oublier, je l’écrivis sur du papier à musique. En rejouant ce début de thème tout simple, j’entendis la suite dans ma tête. J’essayai d’en repérer les notes au piano et… Ainsi de suite. À la fin de la journée, ma première composition était née.

Quand les enfants rentrèrent de l’école et leur père du travail, j’osai timidement leur jouer ce que j’avais écris. Ils m’encouragèrent et je continuai donc, les jours suivants, à m’abandonner à ce qui voulait sortir de moi. Se pouvait-il que je puisse moi aussi créer de la musique ? De la musique valable, on s’entend ! Pas du : « Ça ressemble à… ou à un tel ». Je voulais être différente, originale.

Deux années passèrent et les partitions prenaient forme. J’étais toujours étonnée, et je le suis encore, de constater ce qui surgit de mon intérieur. Je me suis souvent demandée: « D’où vient cette musique ? Il me semble que ce n’est pas moi qui a écris ça. Comment de simples notes servant de thème de départ sont devenues cette oeuvre ? »

Un jour, j’osai jouer mes pièces devant un très bon ami musicien pour connaître son opinion. Je savais qu’il serait assez honnête et franc pour me dire la vérité. Sa réponse m’a donné beaucoup à réfléchir : « Rien n’est jamais vraiment original. Nous sommes influencés, qu’on le veuille ou non. Mais ce que tu as écrit est bon, continue ! »

Et je continuai, réalisant petit à petit qu’en fait, tout a déjà été créé, sauf par moi ! Cette prise de conscience m'a permis d'oser prendre ma place, car j'y ai droit. Comme chacun de nous a droit à SA place. Encore faut-il la trouver... Mais en cherchant, ou plutôt en laissant émerger ce qui crie à l'intérieur de soi pour venir à la surface, en focussant sur nos dons et nos potentiels, plutôt que sur nos carences et nos contractions, un chemin plus lumineux s'ouvre.

Le processus de m’accoucher de la compositeure que j’étais et que j’avais niée fut très long. Me donner le droit d’être créatrice moi aussi, de m’autoriser à exprimer les sons que je portais en moi, ou qui venaient vers moi, de me faire assez confiance pour les offrir à ma famille, à mes amis et finalement à mes collègues musiciens, de transcender petit à petit la peur du jugement des autres… Et d'être dans la Joie d'offrir plutôt que dans la peur de la critique. Quelle initiation !

Peregrina…

Il y a environ 3 ans, l’idée de faire un CD de mes compositions germa dans mon esprit. Mais pour cela, je devais trouver un fil conducteur à toutes ces musiques. Le terme « voyage » s’imposa rapidement, et plus précisément « voyage intérieur » car toutes ces œuvres représentaient des moments-clés de ma vie : Errance, Renaissance, L’envol de mon âme, Mi Amor, Souvenirs…

Par exemple, Renaissance avait été écrit dans cette période très difficile de Burn Out, où plus rien n'avait de sens dans ma vie. Cette pièce décrit le difficile processus de refaire surgir la flamme de Vie à travers les brumes du désespoir.

Un jour j'eus l'idée que, lorsque je jouerais en concert, des images suggestives reliées aux thèmes pourraient accompagner ma musique. Ainsi, les images combinées aux sons pourraient plus facilement amener les gens dans ce voyage que je voulais leur faire vivre. Je commençai donc un premier tri dans mes photos et appris mes compositions par cœur.

Comme j'ai d'autres activités en dehors de la musique, d'autres passions, je pris plus d’une année à enregistrer les pièces, lentement une à une. L'important pour moi dans tout ce processus était de rester dans le plaisir de créer et surtout, ne pas retomber dans la rigueur et l'obligation d'une échéance comme ce que j'avais connu à l'école de musique.

J'aimerais raconter ici une anecdote qui démontre bien les étapes parfois déstabilisantes que l'on s’impose. Alors que j'avais presque fini tous les enregistrements, je réalisai que j'avais 2 versions de la pièce "Abandon", celle qui évoque l'idée de s'abandonner à la guidance de notre âme plutôt qu'à ce mental qui veut tout contrôler nous emmène plus facilement dans la Joie de ce que la Vie veut nous présenter pour évoluer.

Donc, croyant effacer l'enregistrement qui n'était pas le bon, j'ai plutôt effacé la meilleure version!! NON! Ce n'est pas possible!!! J'avais mis tellement de temps pour enregistrer cette pièce comme je la voulais. Et tout à coup, ça m'a frappé de plein fouet: ABANDON ! Ce n'était pas Aria celesta ou Effervescence ou une autre pièce que j'avais effacée, c'était ABANDON!! ... En réalisant ça, j'ai aussitôt recontacté l'appréhension d'enregistrer à nouveau avec toute l'anxiété d'accrocher une note, d'avoir un trou de mémoire ou de ne pas réussir... Chers amis, j'ai dû vraiment travailler fort à l'intérieur de moi pour m'abandonner dans cette situation qui me replaçait directement dans mes peurs.

À l’hiver 2008-09, je réalisai que je pouvais faire un pas de plus en créant un DVD qui serait complet en Soi : Musique+ images+ narration. Ainsi les gens pourraient avoir l’œuvre complète pour écouter et regarder à la maison.

Je composai donc les textes et filmai les vidéos qui serviraient de liens entre les pièces. Au printemps 2009, je fis faire le mastering de la musique par un studio professionnel et commençai le travail de synchronisation des images et des vidéos avec les musiques, ainsi que les enregistrements des narrations en 3 langues.

Voilà. L’œuvre est terminée et j’en suis fière. Certes, je ne suis pas photographe ou cinéaste professionnelle, j’ai simplement créé une œuvre avec les moyens que j’avais. Mais je pense avoir atteint mon but car l’intention première n’était pas de vous raconter ma vie mais plutôt et surtout, de vous emmener en voyage à l’intérieur de vous-mêmes.

En espérant que Peregrina fasse chanter votre cœur !

Sarâ Julia
pèlerine (peregrina)

*Pour obtenir PEREGRINA par la poste, contactez-moi

lire_temoignages